mardi 12 novembre 2013

0 La Tête d'un autre - Yoji Yamaguchi

Deux jolies femmes, venues du Japon pour un mariage arrangé, se retrouvent prostituées dans une ville inconnue de Californie. Un jour, dans le quartier de cabanes délabrées où elles travaillent, elles croisent Takashi Arai, un travailleur immigré du Japon, vantard et indolent, sans un sou. Elles sont certaines de le reconnaître : c'est leur prétendu futur mari, l'homme dont la photographie a été utilisée pour leur faire traverser l'océan Pacifique et les obliger à se prostituer en remboursement du faux contrat de mariage.
Ces deux amies, qui pour être tombées dans l'infortune n'en sont pas moins rusées, conçoivent une vengeance impitoyable : briser le coeur de Takashi et l'obliger, comme elles, à travailler pour rembourser une énorme dette imaginaire. Pour atteindre leur but, elles exploitent toutes les faiblesses du monde corrompu et répressif où on les a entraînées de force, la concupiscence des hommes, la méchanceté des femmes, les rumeurs de la ville...
Une histoire malicieuse d'identités usurpées, de méprise et de dissimulation, une satire sociale tragi-comique, qui marque les débuts d'un brillant écrivain, maître des subtilités du coeur humaine.

Il me manquait un Y pour mon ABC, alors j'ai parcouru les rayons de ma médiathèque et je suis tombée sur celui-ci. Il faut dire qu'il n'y avait pas énormément de choix, et j'ai été attirée par le nom de l'écrivain plus que par autre chose.

J'avoue que je n'ai pas trouvé beaucoup d'intérêt à ce livre. Déjà, la 4e de couv donne envie, mais honnêtement, elle n'est pas vraiment représentative de ce qu'il s'y passe (c'est-à-dire pas grand-chose).

Les personnages ne sont vraiment pas intéressants (pas ou peu de contexte familial), certains sont même caricaturaux, et d'autres ont des accès de folie et/ou des réactions que je n'ai pas comprises. Le personnage de Takashi, par exemple, est vraiment bizarre. Celui de Kogoro, pourtant intéressant, trouve difficilement sa place dans le récit.

Je n'ai pas compris non plus certains "enjeux" de l'histoire : entre la "mafia" japonaise, la clique chrétienne, les prostituées, il y avait pourtant de quoi faire, mais tout ça m'a paru brouillon et très mal mené.

Ensuite, j'ai eu beaucoup de mal car l'auteur insère constamment des mots japonais, qui n'ont pas été traduits. Si certains sont facilement compréhensibles, grâce au contexte ou à la répétition, d'autres en revanche sont restés totalement opaques à mes yeux.

Pour finir, la chute tombe comme un cheveu sur la soupe et je l'ai trouvée... à vrai dire, nulle.

Bref, voici une lecture qui me permet de terminer mon ABC, mais sur une note un peu négative.

Livre lu dans le cadre de :

0 companion(s) so far:

Enregistrer un commentaire

Si vous ne possédez ni compte google, ni OpenID, ni AIM... je vous remercie de bien vouloir sélectionner l'option nom/url. La case url n'est pas obligatoire, il suffit de remplir la case nom.
De cette façon, on évite les commentaires "anonymes" et ça permet de discuter plus facilement.
Merci les gens !!