mardi 22 janvier 2013

0 Total Recall : Mémoires programmées - Len Wiseman

Dans un futur indéterminé, la Terre a fait l'objet de plusieurs conflits chimiques qui ont rendu une bonne partie de notre monde inhabitable. Seuls deux grands territoires sont restés sains : les Îles anglaises, ainsi qu'une partie des côtes européennes, connue sous le nom d'Union Fédérale Britannique, puissance économique, et l'Australie, appelée « la Colonie », en état de pauvreté. Doug Quaid, un ouvrier fabriquant des robots de sécurité, en a assez de vivre la même vie, jour après jour. Intéressé par les offres de la société Rekall, qui propose à ses clients l'implant de souvenirs virtuels, il se lance dans l'aventure et décide de se faire implanter les souvenirs d'un agent secret en mission. Et il se retrouve brusquement embarqué dans une traque sans merci qui pourrait déterminer le sort de millions de vies, sans savoir s'il vit un rêve ou la réalité…


Moi, je suis méga ultra fan du Total Recall de Verhoeven avec Schwarzy (clin d'oeil à Mo et son Homer). Je l'ai vue petite avec ma moune, et tout de suite, j'ai adhéré à l'histoire, à l'ambiance, à la vie futuriste.

Quand la version 2012 est sortie, je me suis dit :
- j'aime bien Colin Farrell, mais bon, je le vois pas dans le rôle de Schwarzy
- les deux nénettes n'ont pas le charisme de Sharon Stone et Rachel Ticotin
- mais pourquoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ???

Et puis, je crois que c'était chez Eirian, j'ai lu que dans cette version, point de Mars. I mean, ouate ze phoque ??? Pas de Mars dans Total Recall ? C'est comme si y'avait pas de cacahuètes dans les Snickers (ou les M&M's, suis pas sectaire). Donc pas possible.

Et puis mon frère m'a dit : ça va. Bon.

Premier constat : visuellement, c'est magnifique. C'est là où je vois que je suis une vraie citadine, parce que ce monde-là, même surpeuplé, c'est trop beau, j'adorerais y vivre. L'esthétique est vraiment léchée, c'est un pur bonheur pour les yeux. Et puis en y regardant de plus près, j'y ai vu un certain pompage sur Blade Runner, que j'ai revu avant les vacances de Noël (et que j'apprécie de plus en plus) : la pluie constante (mais bon, c'est fréquent en SF, c'est dû à la pollution atmosphérique), les ombrelles et la population à 70% asiatique, les enseignes écrites en cyrillique. Mais bon, étant donné que Blade Runner et Total Recall sont adaptés d'oeuvres de Philip K Dick, y'a une certaine cohérence.

Pour le reste, je me dis effectivement : pourquoi avoir supprimé Mars ? Ok, l'histoire choisie se tient. Mais si on présente ce film comme le remake de Total Recall, pourquoi supprimer Mars mais garder quasiment tout le reste (le nom des personnages, la trame perso de Doug Quaid, jusqu'à certaines scènes et dialogues au mot près) ? Il aurait peut-être mieux valu présenter ce film comme une autre adaptation de We Can Remember It For You Wholesale (la nouvelle dont sont adaptés les films).

Donc oui, déception de la simplification de l'intrigue, même si, honnêtement, si je n'avais pas connu TRv1, je ne suis pas sûre que j'aurais tout compris de TRv2...

Et puis je maintiens : les nénettes n'ont pas le charisme nécessaire. Kate Beckinsale est très jolie (bien que maiiiiiiiiiiiiiiiigre), mais voilà. Quant à Jessica Biel, je n'arrive pas à savoir si je l'aime bien ou si je l'aime pas. En ce qui concerne le choix de Farrell... je suis un peu plus convaincue qu'au début, mais bof.

Donc j'ai passé un moment plutôt sympa, mais j'aurais préféré qu'ils présentent ce film autrement. En tout cas, TRv1 reste une référence, alors que TRv2 sera, pour ma part, relativement vite oublié.

0 companion(s) so far:

Enregistrer un commentaire

Si vous ne possédez ni compte google, ni OpenID, ni AIM... je vous remercie de bien vouloir sélectionner l'option nom/url. La case url n'est pas obligatoire, il suffit de remplir la case nom.
De cette façon, on évite les commentaires "anonymes" et ça permet de discuter plus facilement.
Merci les gens !!