mercredi 17 octobre 2012

8 Où je paye encore une fois le fait d'habiter dans un trou paumé

Au cas où vous ne le sauriez pas encore - si toutefois je ne me suis pas assez plainte ce qui n'est absolument pas possible... -, je vis dans une toute petite ville. Une ville de 12000 habitants. Qui est la plus grande ville du département. Département qui comptabilise seulement un tout petit plus d'habitants que ma ville d'origine. Que je trouve déjà petite à la base. Ouais.

Vous allez me dire : j'ai choisi de venir habiter ici. Je vais vous répondre : par défaut. J'ai stratégisé pour ne pas me retrouver à Créteil ou à Versailles comme 98% des néo-tits. Et la stratégie c'était de demander Grenoble (je parle d'aca, là bien sûr), parce que c'était la seule aca dont la première extension accessible n'était ni Créteil ni Versailles. Donc au pire, je me retrouvais à Dijon. Une fois que j'ai obtenu Grenoble, il a fallu décider. Je ne voulais pas Grenoble même, et j'ai horreur de la montagne. Et une des nombreuses raisons qui m'ont poussée à éviter C. et V. c'était le cout de la vie. Je vous raconte pas le coût de la vie à Ann.ecy. Donc, pas les Savoies. Il me restait la Drô.me et l'Ar.dèche. J'ai choisi la deuxième parce que c'était normalement plus facile d'avoir un poste fixe. Donc me voilà.

Au départ, j'étais ravie : dans le département, je n'ai pas eu de poste fixe mais j'ai eu la zone que je voulais (sud). En googlant ma future ville d'adoption (qui ne le sera en fait jamais), j'ai vu une très jolie place, une médiathèque performante, deux cinémas, un théâtre, une piscine. Bref, a priori tout ce que je demandais. Malgré le fait que Wiki annonçait 12000 habitants, j'avais une image positive de la ville (et je la voyais un peu comme la ville que je quittais - qui pourtant comptabilise environ 6x plus d'habitants).

J'ai très vite déchanté :
- le théâtre : n'en est pas un. C'est plutôt une salle de concerts qui ne passe que des trucs que je n'aime pas.
- les cinémas : de 2 films par mois, je suis passée à 3 films par an. La programmation est déplorable (certains films que je voulais voir ne sont même pas sortis ici - c'est arrivé au moins 3 fois), les horaires ne sont vraiment pas faciles (j'aime bien y aller en semaine, en soirée, mais quand la séance est à 18h et que vous finissez à 17h à 45 minutes de là, que vous mettez 10 minutes à remplir votre cahier de texte, à ranger vos affaires et que vous vous retrouvez derrière un poids-lourd qui n'avance pas, je vous défie d'arriver à temps). Et le tarif réduit est de 6.50€ (je payais 5€ dans ma ville précédente).
- la piscine : est une piscine non couverte. Ouverte donc uniquement de juin à septembre. Il y a deux piscines municipales aux alentours, chacune à 40 minutes de chez moi. Sinon il y a la piscine des thermes à 5 minutes. Mais toute petite, blindée et chère (7€).
- la jolie place : est vraiment très jolie. Et dessert les 4 rues et demi de la ville. J'exagère à peine. Il n'y a pas de feux rouges ici. Le premier est à 40 minutes vers le nord, 45 minutes vers l'est, 45 minutes vers le sud. A l'ouest, je ne sais pas, il doit être à plus de deux heures.

Heureusement, la médiathèque a tenu ses promesses. C'est bien la seule.

Bien entendu, quand on aime la ville, on aime les commodités : trouver un restaurant à n'importe quelle heure, et surtout pouvoir trouver un restaurant de n'importe quelle nationalité (je rêve d'un restaurant indien depuis des mois... je ne sais pas où est le plus proche. Lyon, probablement. 2h15 de route) ; décider sur un coup de tête d'aller au ciné et être sûr de trouver une séance (on l'a vu, ici c'est impossible) ; faire les magasins (encore une gageure, à moins d'être ultra riche : les boutiques ici sont justement des boutiques. Pas de Decathlon et encore moins d'HetM dans les parages, donc moi, mes vêtements, c'est sur le net que je les trouve. Heureusement, le service postal fonctionne bien par ici) ; se balader dans les rues en flânant (avec 4 rues et demi, vous vous rendez bien compte que c'est très limité...), sortir un vendredi soir et ne pas rentrer à 21h45 (oui, vous avez bien lu : l'autre jour, avec une collègue, nous sommes allées manger dehors - ils ont quand même un très bon restaurant chinois - et après nous avons décidé d'aller boire un verre. Bien entendu, pas de pubs. Nous sommes dans le sud, faut pas déconner. 3 ou 4 bars à vins, mais nous voulions un thé - quelle idée de faire nos mémères... 2 bars, dont un branchouille, les deux pris d'assaut par nos élèves. Finalement, le thé, on l'a bu à la maison. Et donc, retour à la maison à 21h45. Chouette alors !

Ce matin, en plus de la très réjouissante facture d'électricité (500 € à régler pour le 3/12, ce qui fait une facture annuelle de plus de 1000 €, merci mon appart pourri pas isolé), en sortant de la salle de bains je vois qu'on a essayé de me joindre il y a moins de 10 minutes. Je rappelle : c'était un livreur de DHL qui m'a laissé un avis de passage parce qu'il n'a pas trouvé ma porte d'entrée (c'est vrai que c'est dur, elle est en haut des escaliers...). Il me dit : Je peux repasser demain. Je lui dis : demain je ne suis pas là. Je viendrai chercher mon colis. Il me dit : pas de problème, l'entrepôt est à Valence. Hein ??? A 1h15 de là donc. Il se trouve que ça tombe bien : je suis à Valence demain pour une formation. Mais si ça n'avait pas été le cas ? Si le livreur était repassé et que je n'étais à nouveau pas là ? J'aurais dû faire l'aller-retour pour récupérer un truc dont j'ai payé la livraison !!! Dans une grande ville, l'entrepôt se serait trouvé à 5 minutes de chez moi. Ici, il faut carrément que je change de département.

Toujours dans les réjouissances, la semaine dernière je reçois mon avis d'imposition pour la taxe d'habitation. Je m'attendais à payer environ 500 €. Je vais payer un peu moins de 800 €. 800 € !!! Pour une ville où il n'y a aucune infrastructure digne de ce nom !!! Mon premier réflexe a été de me dire que je devais payer pour le soleil. Ma voisine paye la même chose et trouve que c'est aussi énorme. D'après elle, c'était certainement une erreur de division des lots sur le cadastre. Je suis allée vérifier aujourd'hui et en fait non, tout va bien. Le monsieur de la mairie m'a expliqué qu'en fait (et c'est totalement logique), la ville, avec ses 5 lycées, ses je sais plus combien de collèges, rassemblait les infrastructures d'une ville de 70000 habitants, alors qu'il n'y en a, je vous le rappelle, que 12000. Il faut bien que le coût se répercute quelque part.

Donc voilà, déjà que j'ai énormément de mal à vivre ici, où je me sens isolée, oppressée à cause des montagnes environnantes, le manque de mer et d'horizon, où je m'ennuie à mourir - ce qui m'a permis de faire plus ample connaissance avec mon canapé mon dos ne me remercie pas - mais en plus, je dois encore casquer parce que c'est la seule ville du coin ! Franchement, je suis dépitée.

Je n'attends qu'une chose : c'est qu'on me sorte de là. Et le prochain natif qui me dit que c'est trop bien d'habiter ici, je crois que je le bouffe...

8 companion(s) so far:

loli05 a dit…

Ce que tu dis me rappelle mon arrivée ici: sortie de région parisienne, je me retrouve à la campagne dans les Landes, heureusement à 25 kms de la préfecture. Sf que la Préfecture elle a un seul cinéma avec pas forcément tous les films qui sortent, une bibliothèque ds laquelle je trouve moins de livres que chez mes parents, une salle de concert à 1h15 de route, et je ne parle pas de boutiques (8 ans après le premier H&M est tjs à 1h30!!).
Malgré tout, je m'y suis habituée, je me suis surtout habituée à faire de la voiture en fait ;-) Ms je crois que je ne pourrais plus jamais habitée ds un endroit moins fréquenté, je suis au max!

Miss Bunny a dit…

hélas ! j'espère cependant ne pas y rester coincée 8 ans !

lesvacancesdeleontine a dit…

Bonjour Miss Bunny,
je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis, le prblème c'est que quand tu oses l'exprimer, tu passes pour une snob. Moi-même, je me plains que les films commerciaux ne passent pas en V.O. et que le cinéma d'art et d'essai ne les passe pas toujours non plus car il garde les créneaux pour des films plus confidentiels en V.O. Et bien je passe pour la snob du coin ! Le comble, c'est quand je dis que j'aimerais bien passer des weeks-ends à Paris de temps en temps pour visiter des expos, mais que c'est impossible parce que le dernier TGV part à 17h30, que tu ne peux pas faire le trajet d'une traite, que ça coûte cher... Là, je passe encore plus pour une snob. Et pourtant, je suis originaire de la même région, mais de l'autre bout, et ce n'est pas simple de se faire comprendre. Merci pour cet article en tout cas, je me sens moins seule !

Miss Bunny a dit…

Oh, je suis ravie d'avoir ton témoignage !!!
Merci d'être passée par ici pour donner ton avis : je suis vraiment contente de tomber sur qq1 qui vit dans le coin et qui pense comme moi. C'est tellement rare, parce que d'habitude, comme tu dis, on passe pour des snobs, des gens bizarres quand on ose dire qu'on n'aime pas vivre par ici. Mais faudrait qu'on m'explique l'attrait d'un tel désert humain et culturel...

lesvacancesdeleontine a dit…

Je me suis mal exprimée, je n'habite pas dans ta région (moi j'ai la mer, j'ai de la chance car comme toi, les montagnes m'oppressent), mais je suis née et j'habite la même région, seulement je suis née à l'est de la région et maintenant j'habite à l'ouest de la région. J'adore ma région, mais c'est plus facile d'habiter à l'est qu'à l'ouest parce qu'on est plus près de tout, notamment de Paris pour y aller de temps en temps. Le problème de ma région, c'est que ceux de l'ouest nous méprisent car nos traditions se sont plus vite évaporées que les leurs. Forcément, nous avons plus de brassage de population, donc la tradition pure et dure se perd plus vite. La langue régionale n'est plus parlée à l'est, elle l'est plus à l'ouest, je l'apprends, mais on me juge mal parce que puisque je ne l'ai pas apprise par tradition familiale, et bien je ne devrais pas l'apprendre du tout. On fait un pas vers eux, on est mal vu, si on dit qu'on aimerait aller à Paris de temps en temps, on est mal vu aussi car on est snob. C'est vraiment dur et j'aimerais vraiment me rapprocher de mon département d'origine car j'en ai assez de leur snobisme et de leur mépris. J'apprends les danses traditionnelles aussi (je trouve que je fais des efforts quand même !), mais ce n'est pas bien, ils me disent que personne n'apprend ça, que c'est bien pour les touristes l'été, que c'est une attraction à touriste.
Je crois que le problème est insoluble en fait.

Miss Bunny a dit…

aaaah ! d'accord j'avais mal compris. eh bien ça a l'air fort désagréable dis-moi... je comprends que tu t'y sentes mal !

Aidoku a dit…

Une toute petite ville, t'es bien gentille, mais je vis dans une ville de moins de 7000 habitants et je ne la qualifie pas de village.
Après, c'est vrai que ça a l'air très mal équipé et très mal desservi, ce qui est surprenant pour une ville de plus de 12000 habitants.
Est-ce que tu peux partir ou tu dois rester là pendant un temps défini ?

Miss Bunny a dit…

Quand on sait que ma ville d'origine comporte 250 000 habitants et que je la trouve petite, oui, DE MON POINT DE VUE, la ville où je vis actuellement est toute petite :)
Le département où je vis est un département encaissé et qui cultive cet éloignement : ils font la guerre pour refuser l'autoroute, c'est le seul département en France où il n'y a pas de trains de passagers...
Je vais malheureusement être obligée de rester là le temps de cumuler des points... J'espère pouvoir partir d'ici 2 ans, mais je ne sais pas si je ne suis pas un peu trop optimiste

Enregistrer un commentaire

Si vous ne possédez ni compte google, ni OpenID, ni AIM... je vous remercie de bien vouloir sélectionner l'option nom/url. La case url n'est pas obligatoire, il suffit de remplir la case nom.
De cette façon, on évite les commentaires "anonymes" et ça permet de discuter plus facilement.
Merci les gens !!