lundi 1 août 2011

6 Guenièvre, tome 1 : L'enfant reine - Nancy McKenzie

La reine Guenièvre, épouse d'Arthur, évoque sa vie tumultueuse dans l'Angleterre du Vème siècle. A travers ses yeux, renaît toute la légende arthurienne : son amour pour Lancelot, son mariage avec Arthur, son enlèvement par Méléagant. Mais tous ces événements sont évoqués sous un nouveau prisme : la rivalité qui oppose Guenièvre à sa cousine Elaine de Gwynedd. L'épopée arthurienne vue par celle qui en provoquera indirectement la chute.


Je profite du challenge d'Auudrey pour relire ce diptyque que j'avais beaucoup apprécié lors de la première lecture.

Ma première vraie lecture du mythe arthurien est la saga des Dames du Lac de Marion Zimmer Bradley. Du coup, elle est ma référence (j'en parlerai plus tard dans l'année quand je les relirai). Celle-ci se détache un peu du fait que le personnage principal ici est Guenièvre, et le récit est d'ailleurs fait à la première personne.

Guenièvre est un personnage que j'apprécie peu dans la légende : je suis intraitable lors qu'il s'agit d'adultère (dans la vraie vie aussi et surtout), et il faut dire qu'Arthur est un homme tellement parfait que je ne comprends pas qu'on puisse le tromper pour Lancelot. De plus, elle m'est toujours apparue comme un personnage indécis (c'est le cas de Lancelot également, je le mets dans le même panier), qui à force d'hésiter entre son désir et son honneur se complait dans une situation intermédiaire tout en se plaignant de se trouver dans un bourbier qu'elle a elle-même créé. J'ai envie de te dire : get a grip!

Ici ce n'est vraiment pas le cas. J'en finirais même par apprécier cette pauvre reine. Elle est vraiment présentée en tant que personne digne, honorable et généreuse, avec une force de caractère qu'elle n'a pas chez Marion Zimmer Bradley. La "méchante" ici, c'est plutôt Elaine, sa cousine alors que dans Les Dames du Lac, elle est la pauvre victime.

Assez de comparaisons.

J'apprécie beaucoup ce livre, car j'aime la légende arthurienne. De plus les événements sont très bien contés, l'écriture nous emporte dès les premières lignes. Chaque personnage est captivant (Lancelot moins peut-être car il est finalement très souvent en retrait).

Je regrette simplement que Morgane, Viviane et Merlin n'aient pas un rôle plus prononcé dans ce récit.

Livre lu dans le cadre de :

6 companion(s) so far:

Audrey a dit…

Je suis étonnée quand même que Guenièvre soit un personnage aussi peu aimé, personnellement je l'ai toujours apprecié (elle et Lancelot d'ailleurs :D) mais je suis contente que ce livre t'ai fait un peu changé d'avis à son sujet, et contente bien sur que cette relecture t'ai plu, de toute façon si tu avais descendu ce roman (qui est mon préféré) je t'aurais surement étranglé :D

Mypianocanta a dit…

Il me paraît presque normal que Merlin er Morgane soit en retrait puisqu'ils n'ont finalement pas grand-chose à faire avec Guenièvre.
As-tu Le Cycle du Graal de Jean Markale ? c'est un classique des légendes arthuriennes.

Miss Bunny a dit…

Audrey > faut dire que c'est quand même une vraie s****e ! Je sais je suis vache, mais comme je le dis dans la critique, je n'ai absolument aucune indulgence envers les adultères, qu'ils soient perpétrés par des hommes ou des femmes, du coup, j'ai du mal à aimer un personnage de fiction qui s'y adonne (même si dans ce tome-ci, la relation n'est pas "consommée" - je ne me souviens plus si c'est le cas dans le tome 2, je verrai ça bientôt !)

My > bienvenue :) ta remarque est juste, je n'y avais pas pensé :). Je ne sais plus si j'ai lu Markale. Je crois que oui et il me semble que je n'ai pas aimé. Il faudrait peut-être que je retente.

Audrey a dit…

Ah non mais je comprends tout à fait que tu ne puisses pas cautionner l'adultère, je te rassure. Cela dit, tu es impitoyable avec Guenièvre mais d'un autre côté tu trouves Arthur parfait, alors que lui aussi a commis l'adultère, ses maitresses n'interviennent pas dans l'intrigue mais Guenièvre à un moment parle brièvement des infidélités de son mari, donc ça m'a fait un peu tiqué en fait :D

Miss Bunny a dit…

Audrey > nan mais oui tu as raison en plus. C'est de ma faute, et de celle de Marion Zimmer Bradley, parce que dans sa version, Arthur est fidèle à Guenièvre, alors qu'elle ne l'est pas. Dans ce tome 1, Guenièvre est fidèle à Arthur, tandis que lui prend des maîtresses lors de ses déplacements. Mais l'aspect physique, bien qu'important, est moins grave que l'infidélité morale. Même si Guenièvre aime Arthur, elle aime et désire aussi Lancelot. Tandis qu'Arthur n'aime que Guenièvre, et ses incartades ne sont présentées que comme un moyen d'assouvir un besoin physique.

Aidoku a dit…

Je ne suis pas une grande lectrice de légende arthurienne, mais ton billet donne envie de s'y plonger, pourquoi pas avec ce titre. ^^

Enregistrer un commentaire

Si vous ne possédez ni compte google, ni OpenID, ni AIM... je vous remercie de bien vouloir sélectionner l'option nom/url. La case url n'est pas obligatoire, il suffit de remplir la case nom.
De cette façon, on évite les commentaires "anonymes" et ça permet de discuter plus facilement.
Merci les gens !!