samedi 12 mars 2011

1 255 heures

Je ne sais pas pourquoi, mais tu me manques particulièrement aujourd'hui. Il fait moche, j'ai juste envie de me blottir sous ma couette et de regarder la télé, et d'habitude, tu fais ta sieste à côté, c'est probablement pour ça.

J'avais peur du retour dans l'appartement, et j'ai bien eu le pincement au coeur au moment de vérifier le courrier, parce que tu savais toujours que c'était moi quand je vérifiais la boîte aux lettres, et tu miaulais pour me faire savoir que tu étais derrière la porte, à attendre que je rentre. Mais d'avoir enlevé tes affaires de l'appartement m'a bien simplifié les choses. C'était dur, mais pas si dur.

Il y a toujours la trace de tes pattes sur le carreau, quand tu grattais pour entrer après ta balade. Je n'ai pas encore trouvé le courage de les nettoyer. Du coup, je passe la moitié de mon temps à essayer de les ignorer et l'autre moitié à les toucher. Mes voisins doivent penser que je suis complètement tarée. Grand bien leur fasse. Pour autant que je sache, c'est l'un d'entre eux qui t'a tuée.

Hier soir, je me suis surprise à cacher mon élastique à cheveux sous l'oreiller en me couchant, pour éviter que tu ne viennes le prendre au milieu de la nuit pour jouer avec et me réveiller. Ca m'a fait sourire quand je m'en suis rendue compte, une demie seconde plus tard.

Moune est venue me voir hier, et nous avons parlé de toi. Elle t'aimait aussi beaucoup et nous avons ri toutes les deux en imaginant ta petite bouille de curieuse. Merci pour ces instants de bonheur que tu nous offres, même si tu n'es plus là.

Tu sais ma loute, lundi je reprends le boulot. Je m'étais presque habituée à ne pas travailler : deux semaines d'arrêt, une semaine de travail, deux semaines de vacances ; c'est un rythme auquel je pourrais m'habituer. J'appréhende à vrai dire. Le lundi est toujours une journée longue et fatigante, et savoir que je te retrouverais ensuite m'a toujours fait beaucoup de bien. J'ai peur de pleurer comme un bébé en rentrant lundi, exténuée, sans réconfort à la maison. Mais il ne me reste plus que 3 mois. Ensuite je quitte cet appartement que j'ai toujours détesté, cette ville dont je ne veux plus entendre parler, et je vais me construire des souvenirs ailleurs, là où tu n'auras pas vécu mais où tu me suivras quand même. J'ai plein de projets en tête, et tu as ta place dans chacun d'entre eux. Tu es l'inspiration de chacun d'entre eux.

1 companion(s) so far:

loli05 a dit…

Je suis désolée pour toi, je sais ce que c'est et les premiers tps il y a vraiment un gros manque!!

Enregistrer un commentaire

Si vous ne possédez ni compte google, ni OpenID, ni AIM... je vous remercie de bien vouloir sélectionner l'option nom/url. La case url n'est pas obligatoire, il suffit de remplir la case nom.
De cette façon, on évite les commentaires "anonymes" et ça permet de discuter plus facilement.
Merci les gens !!