vendredi 11 février 2011

0 Le huit - Katherine Neville

Quatrième de couverture :
New York, décembre 1972 : Catherine Velis, jeune experte en informatique, est une spécialiste des échecs. Alors qu'elle se prépare à partir en Algérie travailler pour l'OPEP, des événements mystérieux se succèdent : une vieille femme la prévient des dangers qui la menacent, puis un antiquaire lui demande de rassembler les pièces d'un jeu d'échecs très ancien dont une partie serait dissimulée en Algérie...
Sud de la France, printemps 1970 : Mireille de Rémy et sa cousine Valentine sont novices dans l'abbaye fortifiée de Montglane. En pleine Révolution, la mère supérieure les charge d'une étrange mission : disséminer à travers le monde les pièces du jeu d'échecs de Montglane. Réunies, celles-ci renfermeraient un secret qui donnerait accès à un terrible pouvoir.
Le Huit dévoile les destins parallèles de Mireille de Rémy et de Catherine Vélis depuis les alcôves parisiennes jusqu'aux cercles fermés qui, à notre époque, contrôlent l'énergie. Dans leurs périples, elle croiseront des figures connues comme Talleyrand ou Robespierre, des hommes de l'ombre et des personnages publics bien décidés à employer tous les moyens pour percer l'étonnant secret du jeu de Montglane.
Je viens à l'instant de finir ce "gros" livre (quasiment 700 pages), et je dois dire que je suis un peu déçue. Je me suis passionnée pour l'histoire jusqu'aux 2/3 du roman, et après ça s'est gâté.

Tout le long du livre, on passe d'une époque à l'autre, d'un pays à l'autre, d'une héroïne à l'autre. La partie "historique" nous emmène au plein coeur de la Révolution Française, et pour moi qui ne connaît pas du tout cette période (je ne l'ai jamais étudiée en classe - si, si, c'est possible, quand on est fille de militaire et qu'on change d'école tous les ans^^ - et c'est une période qui ne m'intéresse pas : après Louis XIV, l'histoire ne m'intéresse plus...), c'est une sacrée découverte. Bien sûr, je me doute que c'est ultra romancé, mais j'ai bien envie d'en apprendre plus. Mireille et Valentine sont deux frêles jeunes filles à qui l'on confie une tâche trop grande, et sur le chemin les obstacles se dressent : Talleyrand et Madame de Staël d'abord, qui deviendront vite des alliés, Marat, Robespierre, la Grande Catherine, ainsi que les fantômes de Rousseau, Voltaire et Richelieu. On évolue avec elles et on se prend de passion pour leurs aventures, on suit leur périple en frissonnant, bref, j'ai adoré la partie historique.

La partie contemporaine me plaît déjà beaucoup moins : les rebondissements plus ou moins improbables se suivent, et l'imbroglio est tel qu'on est aussi perdu que Catherine, mais ça n'en reste pas moins intéressant.

Les deux récits s'entremêlent parfaitement, nous laissant parfois sur notre faim quant au devenir d'une de nos héroïnes pour revenir se concentrer sur l'autre, mais on est rarement frustré pendant la lecture.

Le thème (les échecs) rend le récit parfois un peu ardu, et encore plus lorsque l'auteur y rajoute des mentions aux mathématiques : en bonne littéraire que je suis, je n'ai pas toujours suivi les explications compliquées qui étaient données, mais dans l'ensemble, le livre se lit facilement, d'autant plus que le style est fluide, l'écriture claire, précise, sans fioritures, mais pas non plus sèche.

Mais alors qu'est-ce qu'il ne m'a pas plu ?
Comme je vous le disais, d'un point de vue général, j'ai moins aimé la partie contemporaine. Je crois que j'ai été agacée lors de la scène "d'amuuuur", et j'ai vraiment commencé à grincer des dents lorsque les frères "se battent" (il n'y a pas de baston per se, mais ils sont forcément tous les deux amoureux de l'héroïne) pour Catherine. Ces éléments étaient totalement superflus et n'apportent absolument rien à l'histoire, si ce n'est un petit côté Harlequin vraiment pas indispensable.
Et j'avoue que sur la fin, quand le récit tourne à moitié au mysticisme (avec la révélation du secret de la formule), j'ai trouvé ça ridicule. Bien que le pouvoir du jeu Montglane paraisse depuis le début surnaturel, il y était toujours fait référence de façon subtile et tout à fait vraisemblable. Mais la révélation finale était de trop et je l'ai trouvée pénible. Du coup, on a une fin qui n'est pas vraiment une fin et c'est dommage.

Je suis déçue parce que jusqu'au 2/3 du roman je pensais tenir mon premier coup de coeur depuis longtemps, mais non.
Enfin, je vous le recommande quand même, parce qu'on passe un très bon moment avec ce livre, et on ne s'ennuie jamais !

_______________________________

Livre lu dans le cadre du
9/20
Médaille de chocolat
(pour voir les autres livres lus, cliquez sur l'image)

et du
3 livres lus
(pour voir les autres livres lus, cliquez sur l'image)

_____________________
101 in 1001 - 69 : 10/72

0 companion(s) so far:

Enregistrer un commentaire

Si vous ne possédez ni compte google, ni OpenID, ni AIM... je vous remercie de bien vouloir sélectionner l'option nom/url. La case url n'est pas obligatoire, il suffit de remplir la case nom.
De cette façon, on évite les commentaires "anonymes" et ça permet de discuter plus facilement.
Merci les gens !!